Les sélections en France et les conséquences respectives à niveau européenne

Mes chers amis :

Après les sélections on doit se poser des questionnes sur une variété des aspects politiques, surtout par rapport a la future de l’union Européenne : Quel impact auront les sélections dans l’économie française et donc dans l’économie européenne? Monsieur Macron l’a laissé claire déjà : il va s’occuper d’ajuster la balance commerciale de la France face a l’extérieur. Telles promises électoral sont toujours á prendre avec des précautions. C’est bien du populisme économique : la plupart des citoyens comprend ce que ça veut dire, une balance commerciale positive et pourtant il faut avoir des politiciens, qui sachent comment l’obtenir.

Bien sur, tout le monde souhaite produire et vendre plus qu’on importe. Mais s’il y avait une recette universelle pour y parvenir il y aurait une balance commerciale á niveau globale. Bien sure encore, il peut qu’un cabinet doué serait capable d’élaborer un programme économique pour trouver un processus accéléré pour y arriver (des mesures monétaires pourraient y aider –mais a quelle prix ? et un plus ces moyennes sont un peu limité en parlant d’un pais qui fait partie de l’Union Européenne). Toutefois, il ne faut pas être trop prétentieux pour désaltérer la faim populaire politique qu’on voit croitre partout en Europe. Il ne faut jamais, en tout cas, répondre aux crises, soit de genre politique ou économique, avec du hystérisme. Les Ismes, et ça on sait des nombreux expériences historiques bien connues, sont jamais bons pour le bon état de l’état. Alors tout doucement, Monsieur le (nouveau) Président.

Et en parlant des «Ismes» : un autre défi du nouveau mandat sera l’assurance de la stabilité politique interne pour un coté face au terrorisme et face à la polarisation politique pour les cotés gauche et droit extrêmes. Et encore : pas de tomber dans l’hystérie en abordant des problèmes, même s’il s’agit des problèmes graves comme le terrorisme (on le sait bien : le terrorisme marche pas sans l’hystérie générale, et même les réponses drastiques sont pas seulement envisagé mais plutôt aspirer pour les individus qui s’en servent pour implémenter leur objectifs politiques).

Dans tous ces aspects les prochaines trois mois seront donc une indication pour le chemin que la politique française prendra dans les prochains quatre ans. Le résultat des élections est, en tous cas, une victoire sur le populisme qu’on a vu parvenir partout en Europe et les Amériques avec une décline de la perception d’une sécurité a niveau politique (par rapport au terrorisme dont plusieurs nations européennes on été marqué gravement au décours de la dernière période électorale) et, face à une crise économique mondiale dont la politique a répondus inefficacement et qui a, donc, contribué a une incrémentation de la distribution du capital –GINI Index et donc au inégalité sociale.

Ici il faut remarquer, que les crises économiques ouvrent les ports à un opportunisme économique qui invite à participer que les individus qui dispose des moyens de capital financier nécessaires pour y répondre. L’héritage politique que a été légué á l’Europe et au monde entier et le risque d’un populisme politique pour trouver des réponses radicales et populaires aux complexités politiques et économiques que réellement requièrent une stratégie précise développé par des experts.

Pour le moment la France a fait une bonne décision. Une décision qui permit espérer qu’on va trouver la réponse nécessaire aux complexités européennes.

Alors, bon chance Monsieur Macron !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *